Promotion des investissements privés

Le Conseil Présidentiel pour l’Investissement

Atouts et handicaps

Les principaux éléments qui déterminent la décision d’un opérateur économique d’investir dans un espace donné (pays ou région) sont :

  • L’existence d’opportunités d’investissements ; c’est plus un pré requis qu’un déterminent.
  • Et surtout, l’existence sur cet espace, d’un environnement favorable pour les affaires en général et pour l’investissement en particulier, qui interpelle les questions relatives à la gouvernance économique, au cadre macro politique et à l’environnement juridique et la sécurisation de l’investissement et de l’investisseur.

En la matière, le Burkina est certes confronté à des contraintes lourdes, mais il possède des atouts et des forces qui sont de nature à lui ouvrir de bonnes perspectives et de lui conférer un avantage comparatif certain dans la course aux investissements que se livrent les pays.

Ces contraintes à l’investissement sont l’enclavement et le coût élevé des facteurs de production –l’énergie notamment- qui affectent la compétitivité de l’économie.

Ces obstacles sont aussi, la faiblesse des infrastructures de base routes, eau, téléphone et accès aux technologies de l’information et de la communication.

Les handicaps sont enfin relatifs à la disponibilité et à la qualité des ressources humaines.

Les atouts sont l’existence de gisements d’opportunités d’investissements dans les secteurs des mines, de l’agro-sylvo-pastoral et des services ; l’existence d’un cadre macroéconomique durablement assaini et d’une gouvernance politique très avancée dont la qualité se reflète en termes de stabilité politique et institutionnelle, de cohésion sociale, de paix, de sécurité et d’élargissement continu des espaces de liberté.

Ces atouts sont aussi l’existence d’un environnement favorable de facilitation des affaires en général et de l’investissement en particulier, dont les avancées sont saluées par la communauté financière internationale et dont l’un des éléments de l’architecture, est le Conseil Présidentiel pour l’Investissement.

Les références suivantes peuvent en être données, à titre d’illustration des bonnes performances du Burkina.

  • Classement parmi les 5 premiers pays africains et les 10 premiers au monde, en termes de qualités des reformes dans les rapports 2009 et suivants « Doing Business Better » de la Banque Mondiale.
  • Classement au 4è rang des réformateurs les plus constants au niveau mondial durant les cinq (5) dernières années dans le rapport Doing business 2011. Ces avancées démontrent à la fois l’engagement et la constance dans la mise en œuvre des réformes visant l’amélioration du climat des affaires et la promotion de l’investissement privé au Burkina Faso.
  • 7ème rang africain et 1er rang des pays de la CEDEAO dans le rapport 2007 de la Banque Mondiale sur la gouvernance économique.
  • Un bon classement (79ème sur 180 pays) dans le rapport 2009 de « Transparency International » sur l’état de la corruption dans le monde.

Ces atouts sont enfin, la mise en œuvre depuis plus d’une décennie, d’une politique d’investissements publics intensifs en matière d’infrastructures de base, afin d’améliorer la compétitivité de l’économie : routes, barrages, ports secs….