Promotion des investissements privés

Le Conseil Présidentiel pour l’Investissement

État des lieux

Depuis le début des années 90, le Gouvernement du Burkina Faso a conduit une politique dynamique de réformes, dans le sens de la libéralisation économique et de la promotion du secteur privé comme moteur du développement du pays. Des succès notables ont été enregistrés, en termes de facilitation du dialogue Etat/Secteur Privé et en termes d’amélioration de l’environnement des investissements.

La mise en œuvre du processus de réformes et la libéralisation effective de l’économie ont eu un impact positif sur le niveau de vie moyen de la population et sur l’incidence de la pauvreté.

Cependant, la structure économique du pays n’a pas fondamentalement évolué au cours des dix dernières années. L’économie du pays reste peu industrialisée, peu diversifiée et vulnérable aux chocs internes et externes.

Le Burkina Faso fait donc face à des contraintes multiples dans sa lutte pour s’assurer une croissance économique durable. Comme bon nombre de pays en voie de développement, il éprouve d’importantes difficultés à retirer les bénéfices de la mondialisation, et reste en marge des flux d’investissements étrangers.

Le développement des capacités de production du Burkina Faso, dans un contexte de concurrence de plus en plus globale, est particulièrement difficile à cause de ses ressources financières limitées, son enclavement, ses infrastructures de base insuffisantes, son capital humain en inadéquation avec les besoins de développement d’une manière générale et, en particulier, de celui du secteur privé qui constitue le moteur du développement du pays.

Les autorités Burkinabè sont cependant déterminées à relever le défi du développement. L’adoption en 2016 du Plan de Développement Economique et Social (PNDES) vise à mettre en œuvre un programme de réformes structurelles, réglementaires et institutionnelles pour lever les contraintes lourdes au développement économique et social du pays.

Les efforts de réforme se poursuivent en vue de la mise en œuvre de politiques de plus en plus affinées pour stimuler l’investissement et la croissance.